Julia et Urbain

Julia parle nous d’Urbain, le cheval que tu as choisi de nous présenter aujourd’hui.

Ma rencontre avec Urbain (Bain Bain pour les intimes ;-)) n’était pas prévue. La saison 2018 était ma dernière année sur le circuit Children. En avril, mon cheval s’est blessé. Il a fallu très rapidement trouver un autre cheval pour courir ce circuit. Des amis nous ont recommandé Urbain que nous sommes allés essayer chez Cyril Bouvard. Dès que j’ai aperçu « Bain Bain » je l’ai tout de suite trouvé trop mignon. Il était tellement chou. L’essai s’est très bien passé. Dès les premières foulées je l’ai bien aimé : il était énergique, je sentais qu’il était motivé et avait envie de se donner à 200%. La décision d’acheter Urbain a été « facile à prendre ». Le soir même on donnait notre accord et le weekend suivant, Urbain et moi partions en Italie, où le sélectionneur national des Equipes de France Jeunes, Olivier Bost nous sélectionnait pour concourir. Tout est allé très vite : notre rencontre, la formation de notre couple, les premières échéances sportives, les résultats. Urbain m’a offert une année extraordinaire !

Quels sont vos points communs à tous les deux ?

On est tous les deux joueurs, parfois même un peu « foufous » 🙂 Mais on aime aussi se poser de temps en temps et avoir des moments câlins et plus calmes. En revanche, il a tendance à attaquer un peu les autres chevaux par moments. Son boxe a une fenêtre toujours ouverte, Urbain en profite pour passer la tête à l’extérieur et essaye d’attraper ses congénères qui passent ; contrairement à moi qui suis plutôt sociable 🙂

Votre truc à vous deux ?

Chaque fois que je m’occupe de lui je fais une petite vidéo avec mon portable. Je filme sa tête quelques instants. Dès que je sors le téléphone devant son nez, il montre son intérêt et fait le pitre : il me pousse, sort sa langue, il me fait rire. A l’instant même où je range mon téléphone il redevient calme et sage. C’est comme s’il savait qu’il était la star, devant les caméras il fait le show 🙂

Il y a aussi le moment où il attend ses carottes. Il y a un étage au dessus de l’écurie, c’est là que se trouve le stock de carottes. Lorsqu’il entend le bruit des chaussures au dessus de lui, il comprend tout de suite ce qui va se passer, il met ses deux oreilles en avant et attend « patiemment » sa récompense.

Un souvenir ?

Un souvenir sportif, celui des Championnats de France des As en 2018, catégorie Children. On a terminé sur la 3e marche du podium. C’était fou, il a enchainé les sans fautes. A la fin, lors du barrage il a galopé à fond, il entendait la musique, il était euphorique ! Et moi j’étais tellement heureuse. En débutant les championnats, j’espérais le podium, comme tous les participants j’imagine. En général, sur les autres concours, on fait souvent 4 points le premier jour mais là durant ces championnats que des sans fautes. C’était fou ! On se connaissait depuis peu de temps avec Urbain mais notre couple a super bien fonctionné. C’était incroyable de réussir un tel résultat avec un cheval que je connaissais depuis seulement quelques mois. Il a été fantastique !

Suite au podium, nous avons été qualifiés pour la finale mondiale de la coupe des nations Children à Opglabbeek en Belgique. Quel évènement ! Ce fut aussi un très beau souvenir !

Avant les Championnats de France, nous avons également été qualifiés pour les Championnats d’Europe. C’était la 1e fois pour moi et c’était l’objectif le plus important que je pouvais me fixer cette saison.

Tout cela a été possible grâce à Urbain, il est fantastique.

Si tu devais comparer Urbain à une couleur, laquelle serait-ce?

Sans hésitation ce serait le rouge ! C’est la couleur des clowns et Urbain adore faire pitre c’est un trait de son caractère qui est assez fort. Le rouge c’est aussi la couleur de mon cœur et Urbain est dans mon cœur pour toujours désormais !

Si Urbain pouvait nous lire, qu’aimerais-tu lui dire ?

Je te remercie pour tout ce que tu m’as offert, peu de chevaux m’auraient autant donné !

Tu as comblé toute mon année et particulièrement mon été. Je ne veux pas que tu changes, je t’aime bien ainsi, j’aime ton caractère. J’aimerai que tu te mettes moins la pression en concours, surtout les premiers jours. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve mais tu es le cheval de ma jeunesse, c’est une évidence depuis nos débuts ensemble. Je n’aurais jamais imaginé qu’on réaliserait toutes ces belles choses cette année. C’était bien au-delà de mes espérances.

Je t’aime à la folie et je te fais pleins de bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *